Renault 4L électrique : la grande absente du plan Renaulution ?

            Par Marbel le lundi 18/01/2021 à 9h16

Les nouveautés et annonces en tous genres n'ont pas manqué lors de la Renaulution présentée par Luca De Meo, le patron du Losange, le 14 janvier 2021. Mais un "revival" très attendu a bien manqué à l'appel : la 4L électrique, qui n'apparait pour l'instant pas dans les plans.

Dacia Bigster Concept, Renault 5 100 % électrique, annonce d’une gamme Alpine elle aussi composée de trois modèles “zéro émission” dans les prochaines années… Luca De Meo a bien tenu ses promesses lors de la grande conférence de presse du jeudi 14 janvier pour présenter sa fameuse Renaulution. En proposant un cap pour chaque marque et en annonçant quelques concepts très réalistes, le nouveau patron du Losange a donné du concret. Mais dans cette floppée d’informations, on note tout de même une grande absente : la Renault 4L électrique. Reconnecter Renault au public français, voilà la touche que De Meo a souhaité ajouter à un repositionnement stratégique dont il n’est pas le seul instigateur. Pour ce faire, l’Italien entend jouer sur la fibre nostalgique comme il l’avait fait avec la “500” chez Fiat dans les années 2000.

Deux annonces mais une seule présente à l'appel

Une semaine avant la grande conférence, l’agence Reuters annonçait ainsi le retour de deux icônes, les 4L et R5, à moteur uniquement électrique, prêtant à De Meo lui-même cette affirmation. Depuis, c’est comme s’il était acquis que ces deux modèles verraient le jour dans un avenir assez proche. Or, si la “5” a bien été présentée hier sous la forme d’un concept à la fois crédible et séduisant que nous devrions voir débarquer sur les routes en 2023, il n’a nullement été question de 4L contemporaine. Une omission volontaire, pourrait-on imaginer, permettant à Renault de se garder quelques billes et de ne pas tout annoncer en même temps. Mais au cours de cette conférence, le plan produit du Losange entre 2021 et 2025 a aussi été présenté et il ne laisse a priori pas plus de place à cette 4L moderne.

 

Une arrivée décalée d'une Renault 4 électrique ?

Au cours des 5 prochaines années, 14 nouveautés seront lancées, dont 2 sur le segment B, celui des citadines type Clio ou 208 où pourrait se situer la 4L. C’est d’ailleurs là qu’on va retrouver la R5 dès 2023, mais la silhouette du second modèle ne ressemble pas vraiment à celle d’une 4L. Quant au segment A, celui des mini-citadines où la Twingo est bien installée, aucune nouveauté n’est prévue pendant cette période… Comprendre que cette troisième génération n’est pas près d’être remplacée.

L’autre hypothèse à formuler sur le retour d’une 4L électrique serait donc d’imaginer une autre silhouette. A l’image d’une Twingo actuelle aux faux-airs de Super Cinq, le patronyme 4L pourrait bien faire son retour sur un modèle qui ne serait pas le néo-rétro que tout le monde imagine et que la R5 promet, elle, d’incarner dès 2023. A date, la future 4L électrique est la grande absente de la Renaulution.

 

 

-----------------------------------------------------------------

 

La nouvelle Fiat 500 3+1 électrique face à la nouvelle Renault Twingo ZE électrique

 

Par Marbel G. le 12/01/2021 à 11h10

En plus des versions 3 portes et cabriolet, une nouvelle carrosserie s'ajoute aujourd'hui à la gamme de la seconde génération de Fiat 500, la 3+1. Avec son accessibilité améliorée par l'apport d'une porte antagoniste côté droit, elle espère séduire ceux qui la trouvaient difficilement utilisable au quotidien, avec des enfants par exemple. La Renault Twingo, maintenant disponible en version 100% électrique comme sa rivale, semble être la cible toute désignée de la petite italienne.

Plébiscitée pour son style craquant, la précédente Fiat 500 (toujours en vente avec des motorisations thermiques) n'a par contre jamais vraiment fait l'unanimité en matière d'aspects pratiques. La nouvelle compte bien changer la donne et propose pour cela une toute nouvelle carrosserie, la 3+1. Pour ne pas dénaturer la ligne de son pot de yaourt, Fiat a opté pour une solution originale, déjà vue sur l'ancienne génération de Mini Clubman ou sur la Mazda RX-8 : une porte arrière antagoniste côté droit qui lui permet de conserver les mêmes dimensions que la version 3 portes mais de gagner grandement en accessibilité. Garder un look de 3 portes tout en offrant les bénéfices d'une voiture dotée de davantage d'ouvrants, c'est aussi la philosophie de la Renault Twingo, qui n'en compte pas 4 comme la 500, mais bien 5. Laquelle des deux en offre réellement le plus ? 

La Twingo ZE conserve la palme des aspects pratiques

Avec sa quatrième porte dissimulée, la 500 3+1 est censée faciliter l'accès à sa banquette arrière avec une ouverture plus large de 44 cm. Mais pour profiter de ce bonus rendu possible grâce à l'absence de montant central, il sera nécessaire d'ouvrir au préalable la portière avant droite. C'est le prix à payer pour que le battant antagoniste soit dissimulé au mieux dans la carrosserie ! Avec ses 5 vraies portes, la Twingo conserve donc un petit avantage. Dans les deux cas, l'espace est plus que correct à l'avant mais réduit à l'arrière et le coffre à peine suffisant pour transporter les courses de la semaine. La française se démarque avec ses rangements plus nombreux (dont un caché sous les sièges arrière) et une modularité plus poussée. À partir du 3ème niveau de finition par exemple, le siège passager avant est rabattable, ce qui permet de charger des objets longs de plus de 2 mètres. Pas mal pour une voiture de seulement 3,62 m de long... Avantage à la Twingo sur ce point.